Resilient Craft Electronics

Commun energy

with Emile De Visscher

Repurposing plastic and electronic waste in an African FabLab.
Valorisation de déchets plastiques et électroniques dans un FabLab africain.

Common Energy takes the form of a triptych made up of a series of material samples to illustrate the local context, a short documentary about the process of creation and research during the week, and finally prototypes of this frugally designed energy-generating kite that takes advantage of the weather conditions of a city located along the coast.

Énergies communes se présente sous la forme d’un triptyque composé d’une série d’échantillons de matières afin d’illustrer le contexte local, une vidéo relatant la semaine de recherche et le processus de création et enfin un prototype de ce cerf-volant générateur d’énergie à la conception frugale mettant à profit les conditions météorologiques d’une ville situé le long de la côte.


Context

Togo registers tons of e-waste every year, mainly from Europe. For some local structures, this waste has become a symbol of the digital revolution that is taking place in this country. One of them, the Woelab, founded in 2012 by Sénamé Koffi Agbodjinou, became famous for its 3D printer made from electronic waste, the wafate.

Le Togo enregistre des tonnes de déchets électroniques chaque année en provenance principalement d’Europe. Ces déchets sont, pour certaines structures locales devenu un symbole de la révolution numérique qui se prépare dans leur pays. Un d’entre eux, le Woelab, fondé en 2012 notamment par Sénamé Koffi Agbodjinou, s’est rendu célèbre par le biais de son imprimante 3D issue de déchets électroniques, la wafate.

« In the beginning, e-waste was a pledge – it was how we described it. Our streets were filled with old computer pieces that were disaggregating. But today, this problem has become an opportunity. E-waste could be described as a gold mine. »

« Au début, les déchets électroniques étaient un fléau – c’est ainsi que nous les décrivions. Nos rues étaient jonchées de vieux cadavres d’ordinateurs qui pourrissaient. Mais aujourd’hui, ce problème est devenu une opportunité. les déchets électroniques pourraient être décrits comme une mine d’or »

Afate Kodjou Gnikou, maker of the wafate.

The primary ambition of this trip was to meet the woelab actors in order to observe the virtuous circles of upcycling plastic and electronic waste in the frame of their “Hub cité” project. A project from the Woelab community and « l’Africaine d’architecture » whose ambition is to turn Lomé in a laboratory city of a new model of participative urban planning, combining vernacular, urban agriculture and hacker culture. Following an observation of the local needs and the kind of waste (plastic and electronic), we start to design an object to produce additional energy answering the problem of frequent rolling blackout. The object is made using material resources from waste.

L’ambition première de ce déplacement fut d’aller à la rencontre des acteurs du woelab afin d’observer les cercles vertueux d’upcycling des déchets plastiques et éléctroniques mis en place dans le cadre de leur projet “Hub cité”. Un projet porté par la communauté du Woelab et l’Africaine d’Architecture et dont l’ambition est de faire de Lomé la ville-laboratoire d’un nouveau modèle d’urbanisme participatif, alliant vernaculaire, agriculture urbaine et culture hacker. Suite à une analyse des besoins locaux et déchets en présence (plastique et électronique), nous avons commencé à concevoir un objet permettant de produire une source d’énergie d’appoint répondant à la problématique de délestage tout en valorisant ces ressources matériologiques issues des rebus.


Material

In the Togolese capital, we circulate between paved streets and dirt roads. Like the rest of the country where asphalt covers only half of the roads, these dirt streets have assimilated over the years the plastic waste which is omnipresent in the urban space. The excessive use of plastic bags, such as the « Pure water »1 which is not only an environmental problem, but also a real public health problem often abandoned, constitutes a surface where merged plastic and earth. Where the road has collapsed, we can see the strata accumulated over time, an anthropocenic illustration of the current environmental situation.

Dans la capitale togolaise, on alterne entre rues bitumées et chaussées en terre. À l’image du pays où l’asphalte ne recouvre que la moitié des routes, ces avenues en terre ont assimilées au fur à mesure des années les déchets plastiques omniprésents dans l’espace urbain. L’utilisation excessive des sacs plastiques, à l’image des sachets de « Pure water »2Au delà de leur impact sur l’environnement, ce conditionnement d’eau « pure » est également un réel problème de santé publique souvent laissés à l’abandon, constitue un état de surface ayant fusionné plastique et terre. Là où la route s’est affaissée, on perçoit les strates accumulées au fil du temps, véritable illustration anthropocénique de la situation environnementale actuelle.


Film réalisé par Lucille Prin, musique Sebastien Casanova.